Que se passe-t-il à la fin du contrat d’assurance vie ?

Publié le : 12 août 20204 mins de lecture

En général, un contrat d’assurance vie n’a pas de durée légale. Il est très flexible. Ce sont les souscripteurs qui choisissent librement la date d’échéance. La fin du contrat d’assurance vie n’est pas donc déclarée légalement. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour déterminer la durée de son contrat. Pourtant, en cas de résiliation pour non-paiement, en cas de rachat total ou en cas de transfert, il y a fin du contrat d’assurance vie.

Comment déterminer la durée de son contrat ?

Pour pouvoir déterminer la durée de son contrat, il faut prendre en compte de quelques critères.

  • Engagez-vous pour une durée minimum de 8 ans. Après cette période d’épargne, la fiscalité de l’assurance vie est plus avantageuse.
  • Il est très important de déterminer la durée de votre contrat selon vos objectifs. Prenez donc compte de vos besoins et de votre horizon de temps. Le mieux est de faire appel à votre conseiller pour savoir comment il faut répartir votre capital.
  • Il faut tenir compte des frais d’entrée qui sont prélevés dès que vous versez de nouvelles sommes sur votre contrat.

Quelle est la durée d’un contrat d’assurance vie ?

La fin de contrat d’assurance vie se fait le plus souvent quand le souscripteur est décédé. Le capital sera donc transféré aux bénéficiaires désignés. C’est à ce moment-là que le contrat prend fin. Pourtant, il peut aussi mis  à terme en cas de vie, c’est-à-dire  avant le décès de l’assuré. Ce dernier peut reprendre son épargne constituée au fil des années. L’assureur peut aussi mettre fin à votre contrat de vie si vous ne versez pas les primes périodiques qui sont prévues lors de votre souscription. Et enfin, le contrat d’assurance vie prend fin avant échéance s’il y a résiliation du contrat.

Que se passe-t-il quand le contrat d’assurance vie arrive à son terme ?

Quand le contrat de vie prend fin en cas de vie de l’assuré, l’assureur doit verser l’épargne que l’assuré à constituée selon les modalités fixées par le contrat. Cette modalité peut être sous forme d’un capital ou sois formé d’une rente. Ce versement doit être fait à un délai d’un mois à partir de la réception par l’assureur de l’intégralité des pièces nécessaire pour le paiement.

Au cas où l’assuré décède, les bénéficiaires recevront le capital s’ils ont été désignés. Pourtant quand aucun bénéficiaire n’est mentionné dans le contrat, le capital entre dans la succession et ce sont les héritiers qui en bénéficient.

Que faut-il savoir si vous avez conclu un contrat d’assurance vie ?
Zoom sur le Livret de développement durable et solidaire (LDDS)

Plan du site